Recherche

Franchir l'estuaire Khabita-St Nazaire

Un projet solidaire qui relie les rives et les humains

Bonne nouvelle !

Enfin, notre association a réussi à réunir suffisamment de fond pour fabriquer la fameuse pirogue que les villageois attendent depuis si longtemps.

Voici quelques photos, il nous faut maintenant réunir encore plus d’argent pour envoyer le moteur pour la pirogue, et acheminer les livres scolaires.

Encourager la scolarisation

SANYO DIGITAL CAMERA

Le taux d’illettrisme en Guinée est très élevé, rare sont ceux qui continuent après le primaire, faute de moyen. Pour qu’un pays se développe et prenne sa destinée en main, il faut de bonnes bases scolaires. Les enseignants travaillent dans des conditions très difficiles : pas de manuel, salaire très bas, voir inexistant. Les enfants sont assis à même le sol. Lors de la saison des pluies c’est difficile, car il fait froid et sombre.

Nous pouvons les aider en leurs faisant parvenir du matériel scolaire, des vêtements, des équipements sportifs, des manuels scolaires.

Permettre l’accès aux soins

SANYO DIGITAL CAMERA

De l’autre côté de la rive, à Dubreka, se trouve un hôpital, même si les habitants utilisent la médecine traditionnelle, il y a des cas où cela ne suffit plus. A la saison des pluies, les maladies sont fréquentes. Par ailleurs, les soins sont chers, les hôpitaux ne prennent pas les personnes qui n’ont pas d’argent, et beaucoup meurent de petites infections non soignées.

Il est impératif qu’ils aient au plus vite un moyen d’accès rapide à l’hôpital de Dubreka..

Par ailleurs, les hôpitaux de Guinée ont besoin de matériels et de médicaments.

 

Khabita, un village traditionnel

20170219-0011Le village de Khabita se trouve en moyenne Guinée, en Afrique de l’Ouest. C’est un petit village de 600 habitants.

Ce village fait parti au niveau préfectoral, de la commune de Dubreka, grande ville possédant des infrastructures : hôpital, collège, lycée, université, commerces…

Cependant, en raison de sa position géographique, il est isolé, coupé de tout. Séparé de Dubreka par un bras de mer.

Les villageois ont organisé leur vie de façon traditionnelle : un puits pour l’eau, pas d’électricité, les repas se font au feux de bois à l’extérieur des habitations, ils lavent leur linge à la main. Les repas sont composés des aliments qu’ils récoltent, suivant les saisons  (riz, légumes, racines) et des poissons que quelques pêcheurs de Dubreka ramènent, en échange d’autres denrées.

Il y a une école, mais tous les parents n’ont pas les moyens d’y envoyer leurs enfants. En effet, cela entraîne des frais : un cahier, un crayon et une tenue, la route peut être longue. Ceci peut devenir rapidement insurmontable pour nombre de parent.

L’éducation est la clef pour sortir de l’abandon ce beau pays, aidons ces enfants à grandir et apprendre dans de bonnes conditions, afin qu’ils deviennent des adultes éclairés.

 

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑